Comprendre les capacités

En Indicamétrie des ressources humaines, la capacité peut être intrinsèque ou extrinsèque. Elle est dite extrinsèque lorsqu’elle porte sur les équipements. C’est le concept de capacité organisationnel évoqué ci-dessus qui ressort l’aspect de disponibilité des ressources exploitables. On dira par exemple qu’il n’y a pas assez de bancs dans une classe ou pour un bureau ? Qu’il n’y a pas assez d’ordinateurs. Dans ce cas on parle de renforcement des capacités, dans ces conditions la référence est faite aux capacités extrinsèques en ressources disponibles ou acquérables. Il faut noter que le fonctionnement des capacités extrinsèques dépend du fonctionnement des capacités intrinsèques. Alors qu’est-ce que la capacité intrinsèque ?

1.      Le concept de capacité intrinsèque énergétique

La capacité, selon l’inventeur de l’Indicamétrie,se définit comme « l’énergie qui donne de l’efficacité à toute chose[1] ». Cet autre aspect de la capacité se résume dans le concept énergétique. On parle alors de capacité énergétique qui est la somme des forces qui permettent à un individu d’être efficace dans l’exercice de sa fonction, dans l’accomplissement de ses tâches. La somme d’énergie qui le rend capable de faire ce que ne peut faire une  personne ne disposant pas les mêmes forces énergétiques que lui. C’est une force propre à l’individu, une force innée qui relève de l’esprit et qui constitue son art de faire les choses de manière inégalée. C’est un comportement ou une attitude immatérielle mais perceptible et qui rend l’individu unique. C’est la force qui permet à l’individu d’exprimer correctement et avec aisance ce qu’il sait, ce qu’il a appris, donc sa compétence. L’absence de cette force le rend inefficace, inopérant donc incapable. Il ne suffira donc pas d’être compétent en termes de savoir et de connaissance pour être capable. La capacité énergétique permet de défricher le champ d’action des deux concepts ci-dessus, c’est-à-dire la notion de capacité organisationnelle et dynamique.En Indicamétrie, nous classons le savoir –être dans l’immatériel et le subjectif, donc dans le monde invisible. Le savoir-être d’un individu relève de ses capacités non visibles.

I.                  Les origines de la notion de capacité en indicamétrie.

1.     Le concept de capacité et développement.

En Indicamétrie, la notion de capacité est partie du concept de « capacité et développement» à l’énergie efficiente « Mana ou Sebayadji » selon l’inventeur de l’indicamétrie. Elle sera beaucoup plus considérée comme le résultat du fonctionnement du cerveau à la suite de plusieurs  années de recherches.

Dans les conférences inaugurales du professeur Diabaté Moustapha, (inventeur de l’Indicamétrie) de l’auteur Brigitte GUIRATHE, il est écrit « à toutes les questions que je lui posais concernant les capacités, il répondait toujours : « vous savez, monsieur Diabaté, ce qui est certain, c’est qu’aucune entreprise, aucun projet,  aucun pays ne peut fonctionner tant que le cerveau humain ne fonctionne pas correctement ».

Tant que le cerveau humain est défaillant aucun projet ne peut aboutir. « Quand le conférencier  a dit que vos dirigeants sont atteints d’une incapacité congénitale à résoudre leurs problèmes, certainement qu’il faisait allusion au fonctionnement du cerveau suivant les espaces ».

Dans ses analyses, le chercheur Diabaté va se rendre compte que le fonctionnement du cerveau se fait en fonction de l’espace dans lequel se trouve son sujet. Seront mis alors en relation les  différents espaces et les capacités humaines.

Il va réaliser que le fonctionnement du cerveau nécessite une certaine qualité  et quantité d’énergie, qu’il va découvrir à partir des travaux du Professeur Lucien Lévy Brühl, qui signale l’existence d’une énergie qui donne de l’efficacité à toute chose.

C’est cette énergie qui est mise en cause chez les leaders africains de l’époque, par le journaliste français Gilbert Comte qui disait, face aux nombreux coups d’états en Afrique, que «tout se passe comme si la jeunesse africaine et ses dirigeants étaient atteints d’une incapacité congénitale à résoudre leurs problèmes». Cette énergie, caractéristique de la capacité, dont parle Gilbert Comte, si elle est présente permet à tout Être d’être efficace dans ses actions. Elle va s’identifier dans le courage, dans l’endurance, dans l’honnêteté, dans l’élaboration des stratégies, dans la prudence, dans la communication avec soi-même et avec l’extérieur, dans la résolution des problèmes. Tout ce qui relève du pouvoir de la pensé, de la capacité du cerveau seront efficaces grâce à cette énergie appelée Mana en Asie, Sébayadji en malinké en Afrique et  que Samaël  Aun  Weorappelle  la « Kundalini » ou l’énergie sexuelle.

2.    L’énergie capacitaire ou le sébayadji chez leMalinké[2].

Chez le malinké,  quand vous dites « Sébaya » c’est la capacité  et « Séba c’est le capable. En malinké cette énergie caractérise les individus, les classifie et les organise. Elle prend la forme du « Tchêyadji[3] », qui fait référence  à l’énergie sexuelle dans les actes de bravoures. « Tchê », en malinké, signifie « garçon », et « dji » veut dire «flux, liquide », le « Tchê » n’est pas seulement  la personne qui a le sexe masculin, mais  c’est  toute personne capable de faire preuve de courage et d’endurance.C’est en cela que le « Tchêyadji » est le flux d’énergie qui confère l’efficacité, c’est aussi la semence créatrice.De manière péjorative, une femme courageuse pourrait être appelée en malinké  « Mousso la Tchê » ce qui veut dire « femme-Garçon » ou  «femelle male». La présence de cette capacité se fera sentir chez la femme malinké dans son caractère, sa voix et dans ses prises de décisions.

 

[1] Le Dictionnaire Universelle Bordas cité par le Professeur Moustapha Diabaté et repris par A.DEAZON, In Introduction à l’indicamétrie P22

[2] Langue ou macro langue parlée en Afrique de l’ouest, https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Malinké

[3] Flux masculin qui caractérise l’autorité, le commandement et la bravoure, la semence du mâle 

  • Le développement personnel capacitaire

    En Indicamétrie des ressources humaines, la capacité peut être intrinsèque ou extrinsèque. Elle est dite extrinsèque lorsqu’elle porte sur les équipements. C’est le concept de capacité organisationnelle  qui ressort l’aspect de disponibilité des ressources exploitables. On dira par exemple qu’il n’y a pas assez de bancs dans une classe ou pour un bureau ? Qu’il n’y a pas assez d’ordinateurs. Dans ce cas on parle de renforcement des capacités, dans ces conditions la référence est faite aux capacités extrinsèques en ressources disponibles ou acquérables. Il faut noter que le fonctionnement des capacités extrinsèques dépend du fonctionnement des capacités intrinsèques. Alors qu’est-ce que la capacité intrinsèque ?

    Lire la suite

×